top of page

Je suis partie avec la témoin de mon mariage

Pauline , 39 ans – Montargis


Le 15 août 2015, le soleil d'été caressait mon visage alors que je me tenais devant le miroir, vêtue de ma robe de mariée blanche immaculée. Autour de moi, l'agitation du mariage battait son plein : les rires des invités, le murmure des conversations, le cliquetis des verres à champagne. Mais je n'entendais rien. Je n'avais d'yeux que pour mon reflet, pour cette femme étrangère qui me fixait avec une intensité troublante.


C'était le jour de mon mariage, le jour que j'avais rêvé toute ma vie


Pourtant, au lieu de joie et d'excitation, je ne ressentais qu'un vide immense, un sentiment de malaise qui me serrait la poitrine. Je revois ma mère me dire pendant que la coiffeuse terminait mon chignon "Allez Pauline, ça va aller, c'est normal que tu sois stressée, c'est un grand jour !". Mais ce que personne ne savait et encore moins mon futur époux, c'est que depuis la veille 19 heures, mon cœur était parti en cavale.


En effet, la veille de mon mariage, j'ai reçu un message inattendu de Samanta, ma meilleure amie et témoin de mariage qui m'a complètement bouleversée :


"Ma chérie, je suis heureuse d'être à tes côtés pour le plus beau jour de ta vie, mais sache que je le redoute tant. Moi qui t'admire depuis toutes ces années et t'aime profondément, j'ai l'impression que je vais te perdre. Je n'imagine pas un seul instant que tu puisses dès demain être liée pour toujours à une autre personne que moi... Je t'aime si fort... "



J'étais dans le déni depuis des années et j'ai eu un déclic


Ce message ne m'a pas laissée indifférente et pour la première fois, j'ai voulu prendre mes jambes à mon cou et me barrer en courant en plantant tout le monde. Chose bien évidemment que je ne pouvais pas faire. Pas à quelques heures de la cérémonie...


deux femmes qui s'aiment témoignage

Samanta représentait tout pour moi depuis le lycée. À 30 ans, elle était devenue un pilier, bien plus qu'une meilleure amie, nous étions inséparables et nos copains respectifs étaient assez jaloux de la relation fusionnelle, que l'on se portait. Cela m'a valu de nombreuses disputes et des deux côtés. Tantôt, Yan me reprochait de passer trop de temps avec ma meilleure amie. Tantôt, Sam m'en voulait de la délaisser pour être avec mon mec. C'était toujours compliqué de devoir se couper en deux, d'autant plus que j'avais besoin de chacun d'eux dans ma vie.


Le lendemain, après une courte nuit, j'étais tiraillée entre ma vie, aux yeux du monde "parfaite", et ce petit truc au fond de moi qui me disait que je n'empruntais peut-être pas le bon chemin. Mais il était trop tard pour dire non. Je me devais de faire honneur aux 160 invités qui attendaient ce jour avec impatience, à mes parents qui avaient tout mis en œuvre pour que ce jour soit inoubliable... et à Yan qui attendait que je sois sienne.


Dans la salle des mariages, devant le maire, devant l'homme que j'allais épouser et devant mes proches, j'avais les yeux larmoyants. Non pas de joie, comme tout le monde le présageait, mais parce que j'étais perdue, paralysée et démunie.


Il n'a fallu qu'un regard


Et puis arrivée à hauteur de mon mari qui m'a attrapé la main, j'ai compris. J'ai souri par politesse, mais intérieurement, je me suis liquéfiée. Mon regard s'est automatiquement tourné vers ma témoin pour chercher un peu de réconfort. À ce moment précis, c'est comme si un voile s'était levé devant mes yeux. J'ai compris, avec une clarté aveuglante, que mon cœur n'appartenait pas à l'homme que j'allais épouser, mais à la femme qui se tenait à mes côtés. Elle était resplendissante dans sa robe bleu marine, ses longs cheveux bruns encadrant un visage lumineux. Un petit sourire complice, finalement rassurant dans ce contexte que je ne souhaite à personne. Ce regard qui me disait "Ne gâche pas tout maintenant, mais il va falloir qu'on se parle sérieusement".


J'ai fait bonne figure durant toutes les festivités, je me sentais prise à mon propre piège. Après l'ouverture du bal, un voile de tristesse assombrissait mon regard. Je ne pouvais m'empêcher de penser à Sam, toujours aussi resplendissante qui cherchait continuellement mon regard dans la salle. Son sourire et ses yeux pétillants de malice transperçaient mon âme, faisant vibrer des cordes sensibles que je n'avais jamais ressenties auparavant.

Je me suis ensuite posé des milliards de questions.


Est-ce qu'une amitié peut se transformer en amour ?


La réponse est OUI, sans aucun doute. Ce mariage a certainement été un déclic pour toutes les deux, puisque quelques jours après mon union, elle a d'elle-même quitté son mec puis m'a donné rendez-vous un midi dans notre restaurant préféré.

J'étais mariée depuis exactement 13 jours, quand elle m'a tout balancé et m'a avoué avoir des sentiments amoureux pour moi. Pendant quelques semaines, j'ai fui, j'ai voulu nier l'évidence et essayant de tout mettre en œuvre pour que fonctionne mon mariage avec Yan, mais tout m'a rattrapée à chaque instant.

Les mois qui ont suivi n'ont rien arrangé


Je me noyais dans un tourbillon d'émotions. Mon mariage n'était qu'une façade, un mensonge que je m'efforçais de maintenir pour le bien de tous. Mais la passion brûlante que je ressentais pour Samanta consumait chaque parcelle de mon être. Je ne pouvais plus nier l'évidence : j'étais amoureuse d'elle.


Six mois après le mariage, j'ai finalement trouvé le courage de faire éclater la vérité. J'ai avoué à Yan mes sentiments pour Sam, et le monde s'est écroulé autour de moi. Des larmes, des reproches, une douleur insoutenable. Mais je savais que je ne pouvais plus vivre dans le mensonge. J'ai dû affronter le regard déçu de ma famille, de ma belle-famille, la colère de mon mari, les murmures et les jugements de mon entourage. Mais plus que tout, j'ai dû me confronter à moi-même, à mes propres démons et à mes peurs les plus profondes.

Cela n'a pas été facile. J'ai douté, j'ai pleuré, j'ai eu peur. Mais l'amour que je ressentais pour Sam était plus fort que tout. C'était un amour pur, intense et inconditionnel, un amour qui me donnait la force de braver tous les obstacles.


J'ai finalement divorcé de mon mari après 9 mois de mariage, j'ai fait mon coming out auprès de tout mon entourage.

Je vis avec Samanta depuis huit ans maintenant et nous avons un petit garçon de 5 ans, eu par PMA en Espagne.


Le chemin n'a pas été facile, mais je ne regrette rien


J'ai enfin trouvé le bonheur, un bonheur authentique et véritable, aux côtés de la femme que j'aime. Mon histoire est un message d'espoir pour toutes celles et ceux qui luttent contre leur identité. N'ayez pas peur d'être vous-mêmes, d'assumer vos choix et de vivre votre vie selon vos propres désirs. Le bonheur est à portée de main, il suffit d'avoir le courage de le saisir.



Photos non contractuelles.
 

Vous êtes homo, bi, hétéro ? Vous avez déjà eu une expérience avec une femme et vous voulez raconter votre histoire ?

Envoyez votre témoignage via le formulaire de contact afin qu’il soit publié sur mon site !

Commenti


bottom of page